Vous êtes ici : VF > Recherche

L'équipe du Dictionnaire des francophones compte deux nouvelles recrues !

Le 17 juin 2021

Depuis le printemps, 2IF accueille Louisa Curci et Lucas Prégaldiny, stagiaires au sein de l'équipe du Dictionnaire des francophones (DDF) et tous les deux étudiants en Sciences du langage.

Après quelques semaines passées au sein de la structure, ils nous racontent leur parcours et nous expliquent leurs missions dans le cadre de leur stage.


Des données géolinguistiques pour Louisa

Étudiante toulousaine du Master LTTAC (Lexicographie, Terminographie et Traitement Automatique des Corpus) à l’Université de Lille, c'est mon stage de première année que j'effectue au sein de l’équipe du DDF. Avec déjà un master de recherche sur le français régional en poche, le stage à 2IF est pour moi l’occasion d’allier mes deux passions que sont l’étude de la variation diatopique du français et la lexicographie.

Référencer les aires linguistiques et culturelles de la francophonie

Je suis en charge de créer un référentiel des aires linguistiques francophones dans le but de rendre compte au mieux de la provenance des mots entrants dans le DDF. Ce travail de recherche est aussi l'occasion de faire un état des lieux des études menées sur les variétés de français à travers le monde.

L'autre volet de ma mission consiste à penser l'intégration de cartes et la visualisation des données géolocalisées dans le Dictionnaire pour proposer aux usagers et usagères une expérience lexicographique inédite !

 

Des données audio pour Lucas

Je suis actuellement en première année du Master Industries de la Langue à l'Université Grenoble-Alpes. Mon année d'échange à l'Université de Helsinki m'a permis de m'initier au Traitement Automatique du Langage, avant de poursuivre dans cette voie à Grenoble. Je reviens dans ma ville natale de Lyon dans le cadre de ce stage au sein de l'équipe du DDF. C'est lors de ma licence en Sciences du langage que j'ai découvert la lexicographie en ligne et les projets collaboratifs libres Wikimedia. Ce stage, fruit d'une collaboration entre l'association Wikimédia France et 2IF, s'inscrit en parallèle de ma contribution aux projets Wikimedia, et je me réjouis de participer à l'enrichissement du Dictionnaire des francophones.
 

Préparer l'ajout d'enregistrements audio dans le Dictionnaire des francophones

Le Dictionnaire des francophones proposera prochainement l'écoute de mots, prononcés par des francophones du monde entier. Mon rôle est de préparer cette phase d'ajout d'audios, en travaillant à l'amélioration et à la diffusion de Lingua Libre. Cet outil, développé par Wikimédia France, permet à chacun d'enregistrer facilement des prononciations de mots. J'anime régulièrement des ateliers de formation à l'utilisation de cet outil, et un tutoriel vidéo sera prochainement disponible. Je prépare également un programmathon, un rassemblement de développeurs sur deux jours, dans le but d'améliorer l'outil dans un temps réduit.

 

Un travail d'équipe avant tout !


Si Louisa et Lucas ont des missions différentes, c'est bien ensemble qu'ils contribuent à l'enrichissement du projet du Dictionnaire des francophones par l'ajout de nouvelles fonctionnalités ! Habitués aux travaux de groupe universitaires, ils apprécient travailler en équipe et partager leurs compétences et connaissances avec leurs collègues de 2IF.

« Grâce à mes compétences techniques, j'ai créé un programme qui nous permet d'utiliser aujourd'hui un seul QR code pour télécharger l'application du DDF, contre trois auparavant. » — Lucas

« Mes connaissances sur les différents parlers du français me permettent de proposer régulièrement des termes francophones à mes collègues pour qu'ils les intègrent dans des contenus de communication ou à vocation pédagogique. » — Louisa
À la croisée de leurs domaines respectifs, Louisa et Lucas ont un projet commun :

Lucas : « On souhaite concevoir des listes de mots sur Lingua Libre pour obtenir une grande variété d'enregistrements pour les entrées du Dictionnaire.

– Ces listes diffèreront selon l'aire géographique concernée pour que les usagers et usagères prononcent des réalités qui leur sont propres !

– Oui, par exemple une Québécoise pourra enregistrer facilement de nombreux mots spécifiquement employés au Québec, tandis qu'un Camerounais fera de même avec une liste proposant des mots du français du Cameroun. »

En poste jusqu'à fin août, les deux jeunes linguistes sont déjà ravis de leur expérience. On leur souhaite à tous les deux une bonne continuation dans leur stage comme dans leurs études !